J’AI BIEN FAIT ? Compagnie À L’Envi



MARDI 5 MAI 20H

DURÉE 1H40
TARIFS B DE 18 € 
À 6 € 

Valentine a quarante ans, deux enfants déjà grands, des parents vieillissants, un mari souvent absent, un frère avec qui elle ne s’entend pas, plein d’anciens élèves qui peuplent ses rêves, plein de nouveaux qui remplissent ses journées. Elle déboule un soir dans la vie de son frère plasticien. Qu’est-ce qu’elle fait là ? Qu’est-ce qu’elle a fait ? Un acte insensé ou l’acte qui donne un sens à sa vie ?
Elle s’interroge sur sa responsabilité de femme, de mère, de professeur, de citoyenne, sur son époque, sur sa génération. Comme beaucoup, elle a la sensation d’être submergée par la complexité du monde. Comment agir justement en conscience ? Son frère, son mari généticien de l’ADN ancien, une ancienne élève qui enchaîne les petits boulots, qu’ils le veuillent ou non, les voici tenus de chercher avec elle une réponse. J’ai bien fait ? est traversé par des voix, celles des protagonistes bien sûr mais pas seulement, ces voix qu’on rapporte, ces voix qui nous hantent, ces voix qui nous peuplent puisqu’aucun de nous n’est étanche.
J’ai bien fait ?  n’oubliera pas d’être une comédie parce qu’il faut rire aussi des questions dans lesquelles nous sommes empêtrés.

J’ai bien fait ? est édité aux Éditions Les Solitaires Intempestifs

texte & mise en scène Pauline Sales scénographie Marc Lainé, Stéphan Zimmerli son Fred Bühl lumière Mickaël Pruneau costumes Malika Maçon construction décor Les ateliers du Préau avec Gauthier Baillot, Olivia Chatain, Anthony Poupard, Hélène Viviès

PRODUCTION Compagnie À L’Envi PRODUCTION DE CRÉATION Le Préau Centre dramatique national de Normandie -Vire COPRODUCTION Théâtre du Champ au Roy -Guingamp. La compagnie À L’Envi est conventionnée par le ministère de la Culture.

LA PRESSE EN PARLE
La quarantaine rugissante de Pauline Sales… Avec ce portrait d’une femme qui fait le point sur sa vie, Pauline Sales pose, non sans distance comique, de vraies questions sur l’existence et la transmission. Emmanuelle Bouchez – Télérama

Ce pourrait être pesant, sinistre. C’est compter sans la force vitale de l’écriture à l’architecture savante, inattendu, un rien loufoque, pleine d’humour. Didier Méreuze – La Croix


©Tristan Jeanne-Valès


©Tristan Jeanne-Valès